En poursuivant votre navigation sur ce site,
vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur.

Sondage AVERE et Mobivia Groupe 2014 : résultats de l’enquête sur les français et la mobilité électrique.

16 septembre 2014

A l’occasion de la Semaine de la Mobilité Durable, Mobivia Groupe et l’AVERE révèlent un sondage sur la mobilité électrique des Français, réalisé par l’institut IPSOS.

Engagé depuis plusieurs années dans le développement d’offres de mobilité durable, Mobivia Groupe accompagne ses clients vers une meilleure connaissance de la mobilité électrique et contribue à apporter une réponse pertinente aux différents freins évoqués dans les résultats de l’enquête

Retrouvez l'ensemble de l'infographie en bas de page
Retrouvez l’infographie complète en bas de page

Marie Cécile Rochet, Directeur Marketing, Communication et RSE de Mobivia Groupe nous explique :

« Pour Mobivia Groupe, la mobilité électrique représente depuis plusieurs années à la fois une conviction environnementale, celle d’accompagner nos clients et collaborateurs vers des choix de mobilité durable, et une conviction sociétale, celle d’accompagner le déploiement et la démocratisation du parc roulant de demain. De ces convictions, sont nées de nombreuses initiatives de nos enseignes historiques que sont Midas et Norauto, comme la mise à disposition de véhicules de courtoisie électriques, la création d’une gamme de deux-roues électriques…, mais aussi de nouvelles enseignes tournées vers la mobilité de demain, par notre fonds de développement Via-ID actif sur les nouvelles mobilités ».

Marie Castelli, secrétaire générale de l’AVERE, revient également sur les résultats de l’enquête et en dégage les premiers enseignements :

Les résultats du baromètre sur les Français et la mobilité électrique, commandé à Ipsos par l’Avere et Mobivia Groupe, viennent d’être publiés. Quel est selon vous le principal enseignement de cette enquête ?

Marie Castelli : Ces résultats démontrent que les Français sont parfaitement électro-mobilisables, mais ne le savent pas. Cela vaut aussi bien pour les distances qu’ils parcourent que pour les solutions dont ils disposeraient pour recharger leur véhicule tous les jours. 78% des automobilistes français effectuent moins de 50 km par jour et la distance quotidienne moyenne parcourue est de 31 km. Par ailleurs, ils sont 31% à disposer d’une possibilité de recharge à domicile, 13% à proximité de chez eux, et 10% sur leur lieu de travail. Donc, pour 54% d’entre eux, la voiture électrique, dont l’autonomie est de 150 à 250 km aujourd’hui, serait tout à fait adaptée. Pourtant, 88% n’en ont jamais essayé une, 59% pensent que cela ne répondrait pas à leurs déplacements quotidiens et 72% n’envisagent pas d’en acheter une.

Quels sont les freins qui perdurent à l’adoption de la voiture électrique ?

M.C. : On constate un vrai problème de désinformation, puisque les principaux freins invoqués par les personnes interrogées sont, dans l’ordre, l’autonomie (64%), le manque d’infrastructures de recharge (51%) et le coût (50%), alors que les bonus mettent la voiture électrique au même prix qu’une voiture thermique de même catégorie.
60% des gens ne savent pas combien leur coûte leur voiture, et s’avouent mal ou très mal informés sur l’autonomie (66%), le prix (71%), la recharge (71%), le budget global d’une voiture électrique comparé à celui d’une voiture thermique, les modèles existants (80%) ou les aides disponibles (83%). Tous ces résultats confirment un immense besoin de pédagogie, que nous allons nous employer à combler.

Comment allez-vous vous y prendre ?

M.C. : Il y a un immense décalage entre la maturité technique actuelle des véhicules, la possibilité de les recharger sur de simples prises électriques fortifiées, l’évolution des prix et des bonus, etc. et la perception qu’en ont les automobilistes. C’est vraiment un problème sociétal, qui relève de la conduite du changement. Ces dernières années, des constructeurs comme Nissan ou Renault ont fait des campagnes de publicité, mais on ce sont surtout des informations extrêmement pratiques et concrètes qu’il faudrait communiquer au grand public.
Il y a donc un besoin de réorienter la communication sur le sujet, auquel nous allons sensibiliser à la fois nos adhérents (constructeurs, fabricants de bornes de recharge, etc.) et les pouvoirs publics, qui doivent comprendre que leurs efforts n’auront pas les résultats escomptés s’ils ne sont pas accompagnés d’une campagne de communication.

infographie MG mobilité électrique

Retrouvez tous les éléments de l’enquête dans le communiqué de presse.

Pour revivre cette journée en images et voir les réactions des participants lors des tests de véhicules électriques :